Disons-le franchement : c'est avec une certaine appréhension que j'ai vu approcher la date de cette quatrième édition des "Vendredis du Vin". Car pour ma deuxième participation à cette excellente initiative de Lisa Roskam et de Laurent Baraou, je dois me soumettre au thème fixé par notre bon président Olif, : "les vins oxydatifs". Pour les non-initiés, il s'agit de vins qui, durant leur élevage, ont été volontairement laissés au contact de l'oxygène pour provoquer une oxydation ménagée.
Le bon président, lui, est dans son élément : je le soupçonne même de boire des vins oxydatifs au petit-déjeuner. Mais moi je suis un peu largué ! Je connais mal ces vins là et je n'apprécie pas beaucoup ceux que j'ai dégustés.
De surcroît, il me fallait trouver un vin oxydatif du Val de Loire, ce qui compliquait un peu ma tâche puisque ce mode d'élevage n'est pas une tradition de la région. Heureusement, j'ai pu compter sur les bons conseils de Laurent, caviste à Montbazon, grand spécialiste des vins "naturels". En me recommandant "Tu le Boa" de Jean-François Mérieau, il m'a rassuré : j'aime beaucoup les vins du vigneron des Vignobles du Bois Vaudons, en appellation .
S'il vinifie habituellement des vins très représentatifs de son appellation, il a produit, en 2 000, 1 500 bouteilles de ce "Tu le Boa", un produit à faible rendement (20 hl/ha), vendangé à la main, vinifié sans levures sélectionnées, élevé pendant quatre ans en fûts de chêne, sans ouillage, sous un léger voile, mis en bouteille sans filtration en septembre 2004.
Autant dire qu'il s'agit d'un Objet Vinicole Non Identifié.

Et ça donne quoi ?


Une jolie couleur ambrée, qui évoque des Vouvray de plus de 50 ans, tout en conservant les reflets brillants d'un vin jeune.
Un nez franchement oxydatif, de noix, de noix et de noix... Peut-on déceler, en arrière-plan, quelques notes plus variétales, propres au sauvignon ? Sincèrement, j'étais trop gêné par les arômes oxydatifs pour sentir autre chose...

Et en bouche, "Tu le Boa" m'a tué !
Certes les notes oxydatives sont encore un peu présentes. Mais j'ai surtout été impressionné par les arômes de fruits jaunes, les notes épicées et salées, la douceur de ce vin très gras qui caresse le palais et l'incroyable persistance aromatique, l'équilibre entre quelques grammes de sucres résiduels et la vivacité de l'ensemble.

Par sa complexité, l'OVNI m'a fait penser à un vieux . Par sa puissance, j'aurais presque songé à un armagnac qui aurait perdu son alcool. Il faudra que je le réessaye en fin de repas. A l'aveugle, j'aurais été en tous cas bien en peine de reconnaître un sauvignon !

Côté accord met-vins, Jean-François Mérieau suggère un foie gras poêlé, une viande blanche, un poisson, un dessert. Sur une géline de Touraine grasse à souhait, ce doit être un délice.

Conclusion de cette dégustation : Non
Olif je n'aime décidément pas les vins oxydatifs. Mais merci à toi -et à Laurent - de m'avoir permis cette belle découverte !

* Tu le Boa
Vin de table
(millésime 2 000 et cépage sauvignon, mais une loi imbécile interdit de l'indiquer sur l'étiquette)
16 €
La très belle étiquette est l'œuvre de Madlen Herrström

Jean-François Mérieau
Vignobles des Bois Vaudons
30, route de la Vallée
41 400 Saint-Julien de Chédon
Tél. : 02.54.32.14.23




D'autres articles sur des thèmes similaires :

Répondre à cet article