"On a craint le pire" estime Thierry Bardet, conseiller viticole de la Chambre d'Agriculture du Loir-et-Cher, à propos du gel qui s'est abattu sur le département au matin du dimanche 30 avril. Finalement le thermomètre n'est pas descendu en dessous de -2 °C, limitant les dégâts aux quelques parcelles les plus gélives.

En revanche, le gel a détruit les jeunes bourgeons de quelques parcelles en bordure nord de la forêt solognote, dans les communes de St-Hilaire-St-Mesmin et Mézières-lèz-Cléry dans le Loiret, en appellations et . "Il est un peu tôt pour évaluer les dégâts" estime Pascal Javoy, vigneron au Clos Saint-Avit à Mézières-lèz-Cléry. "Une petite partie du vignoble est protégée contre le gel par des systèmes d'aspersion ou de tours antigel. Pour le reste, des bourgeons repartent et il faudra voir comment la vigne réagira".



Répondre à cet article